les enfants ont beau grandir, devenir autonomes (et le revendiquer), et capables de s'occuper d'eux-mêmes en l'absence de leur mère-qui-a-beaucoup-de-travail-en-ce-moment (moi), la culpabilisation, ça marche... toujours!

Ce soir, lasse de leurs jérémiades "quand est-ce que tu nous fais à manger?" (tu parles! Ils cuisinent mieux que moi!) j'ai sorti le grand jeu de la mère démago. On a mangé des crêpes. (c'est dingue comme les vieux trucs, ça marche toujours...!)

Matthias a immortalisé ce moment rare : Mamandanslacuisine

cr_pes2

Vous remarquerez, au passage, que mon plan de travail n'a rien à envier à mon bureau, question rangement...

Le résultat :

cr_pes

Pendant ce temps, mijote dans le fait-tout une mixture étrange, qui répand dans toutes la maison ses effluves lactées et vanillées...

dulce_de_leche1dulce_de_leche2dulce_de_leche

Du lait, du sucre, de la vanlle... quelques heures de mijotage (et une maison qui sent divinement bon) pour transformer tout ça en une pâte brune, visqueuse et... à mourir tellement c'est bon!!! C'est le "dulce de leche", autrement dit confiture de lait, plus connue, à La Quinta, sous le nom de "la drogue". Appellation amplement méritée, tant c'est addictif! Encore au moins 3 heures à attendre... basta la tortura!!!

edit de 23h30 :

dulce_de_lechedulcedeleche4dulcedeleche5

dulcedeleche6dulcedeleche7dulcedeleche8

Je me suis fait une ampoule au majeur droit (si, si...!) à force de remuer, je me suis brûlé la langue en goûtant la mixture, brûlé (aussi) l'index et le pouce gauche en sortant les gousses de vanille... mais la drogue est réussie et les enfants sont contents. C'est l'essentiel.